les accusations d’antisémitisme contre LFI ont empoisonné la campagne de la gauche

3233


Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, lors d’un meeting à Lille pendant la campagne des élections européennes, le 18 avril 2024.

C’est un poison lent, distillé au goutte-à-goutte, qui a fini, au fil des mois, par perturber la gauche dans l’optique des élections législatives des 30 juin et 7 juillet. Dans cette campagne express, les accusations d’antisémitisme contre La France insoumise (LFI) portent atteinte au Nouveau Front populaire (NFP). Plus d’un siècle après l’affaire Dreyfus, qui avait ancré la gauche dans la lutte contre l’antisémitisme, voilà ses cadres sur la défensive, contraints de se justifier. « Trois de mes arrière-grands-parents sont morts dans les camps et mes deux grands-parents sont des rescapés de la Shoah. Croyez bien que je ne soutiendrais pas le Nouveau Front populaire si j’avais le moindre doute sur le fait qu’il y ait une forme d’antisémitisme de ce côté-là », a martelé le sénateur communiste de Paris Ian Brossat, le 26 juin, sur CNews.

La nouvelle alliance de la gauche pâtit de plusieurs propos problématiques de Jean-Luc Mélenchon, le leader de LFI, depuis l’attaque terroriste du Hamas en Israël, le 7 octobre 2023, qui ont réactivé les accusations d’antisémitisme à son encontre.

Le 18 avril, lors d’un meeting à Lille pendant la campagne des élections européennes, le leader de LFI a, par exemple, établit un parallèle entre le président de l’université de Lille et le nazi Adolf Eichmann. Une référence au responsable de la logistique de la solution finale mise en place par le régime nazi de nature à « banaliser la Shoah », avait fustigé le Réseau d’actions contre l’antisémitisme et tous les racismes, un collectif de citoyens de gauche. Le 2 juin, M. Mélenchon a écrit sur son blog que « l’antisémitisme reste résiduel en France », minimisant de facto un fléau en pleine explosion depuis le 7 octobre. Nouvelle vague de critiques.

« Symptôme d’une crise majeure »

A chaque fois qu’il a été sommé de s’expliquer, M. Mélenchon s’est vigoureusement défendu de tenir des propos « antijuifs », comme le dénoncent ses opposants. « Je n’ai rien à voir avec le racisme, je n’ai rien à voir avec l’antisémitisme, ça suffit maintenant, a-t-il encore lancé, le 22 juin, sur France 5. Tout cela est un prétexte pour dire que La France insoumise est une organisation antisémite, de manière à favoriser le vote Rassemblement national. »

Lire le décryptage | Article réservé à nos abonnés Antisémitisme : comment Jean-Luc Mélenchon cultive l’ambiguïté

C’est ce contexte brûlant qui a obligé les partis de gauche, embarqués dans une nouvelle coalition, à procéder à un examen de conscience et à donner des gages à des électeurs déboussolés. Tête de liste du Parti socialiste (PS) et de Place publique aux élections européennes du 9 juin, Raphaël Glucksmann, victime de violentes attaques antisémites pendant la campagne, en a fait l’une des conditions de son soutien au Nouveau Front populaire. « On en a parlé parce qu’il y avait un problème de minoration de l’antisémitisme », justifiait-il auprès du Monde, en marge d’un déplacement à Marseille, le 19 juin. « Dans l’histoire française, quand la “question juive” revient dans le débat public, c’est le symptôme d’une crise majeure de la République », assène Christian Picquet, membre du comité exécutif du Parti communiste français (PCF), au cœur de ces discussions des partis de gauche.

Il vous reste 58.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link