le président Nayib Bukele annonce une purge au ministère de la culture

2844


Nayib Bukele, président du Salvador, à San Luis de la Reina, le 19 octobre 2023.

Le président du Salvador Nayib Bukele a annoncé jeudi 27 juin la révocation de plus de 300 fonctionnaires du ministère de la culture auxquels il reproche de promouvoir des projets « non compatibles » avec la « vision » de son gouvernement. Selon ses détracteurs, la mesure vise les personnes ayant des opinions libérales sur la question du genre.

Le ministre de la culture Raul Castillo, nommé il y a une semaine, « procèdera à la destitution de plus de 300 employés du ministère, qui promeuvent des programmes incompatibles avec la vision de ce gouvernement », a annoncé M. Bukele. « En plus, nous économiserons des fonds publics », a-t-il encore écrit sur le réseau social X.

Le président salvadorien, qui a entamé début juin son deuxième mandat après une réélection triomphale en février, n’a pas précisé de quels « programmes » ni de quelle « vision » il s’agissait. Mais l’ambassadrice du Salvador aux Etats-Unis, Milena Mayorga, a réagi en affirmant sur X que le gouvernement « a pour mandat de protéger la vie, la foi et la famille » et que « le programme anti-valeurs s’est heurté à un grand mur ». Alexia Rivas, députée du camp Bukele, a elle déclaré que « le Salvador est pro-vie, pro-famille traditionnelle, et l’Agenda 2030 n’a pas sa place » dans le pays, en référence à un programme de développement des Nations unies prônant l’égalité des genres et la lutte contre les discriminations.

« Une attaque de plus »

Début juin, le ministère de la culture avait annulé, après une seule représentation au Théâtre national, une pièce du projet LGBTQ Inari, jugée « immorale » car mettant en scène « du contenu inapte pour les familles salvadoriennes ».

L’acteur salvadorien Marvin Pleitez, alias LadyDrag, avait par la suite dénoncé sur les réseaux sociaux le limogeage d’une trentaine de fonctionnaires accusés d’avoir initialement autorisé que la pièce soit jouée au Théâtre national.

La purge au ministère est « une attaque de plus » contre les droits de la communauté LGBTQ, a dénoncé Aranza Santos, du Collectif Alejandria. Selon elle, Nayib Bukele « fait ça pour plaire aux ultraconservateurs qui font pression sur lui ».

En février, le ministère salvadorien de l’éducation avait ordonné le retrait des manuels scolaires de toute mention relative au genre, une décision saluée par les groupes conservateurs.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link