la polyclinique du village des athlètes assurera jusqu’à 700 consultations par jour

3842


Des cartons de médicaments jonchent le hall d’entrée et les couloirs et, dans les salles de consultation, des protections plastiques entourent les brancards neufs. L’heure est à la finalisation des préparatifs, lundi 1er juillet, au centre de santé dédié aux athlètes participants aux Jeux olympiques de Paris 2024 (26 juillet-11 août). « On est sur une ébauche de clinique », résume le docteur Philippe Le Van, directeur médical du Comité d’organisation des Jeux (Cojop) de Paris 2024. La structure de 3 500 m2 devrait être opérationnelle à partir du 18 juillet.

Situés dans la partie résidentielle du village olympique à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), les locaux accueillent en temps normal les étudiants d’une école de kinésithérapie, d’ostéopathie et de podologie. Pour l’été 2024, les salles de consultation, habituées à recevoir du public, ont été réaménagées pour organiser la réponse médicale destinée aux 10 500 athlètes des Jeux olympiques, ainsi qu’aux 4 500 athlètes des Jeux paralympiques (28 août-8 septembre) et aux membres de leurs délégations qui résideront au village.

Créé par un accord de coopération entre Paris 2024 et l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), ce centre de soin multidisciplinaire « est la pierre angulaire du dispositif de santé dédié aux athlètes et à leurs délégations », souligne le docteur Pierre Mauger, responsable des services médicaux de Paris 2024.

Jusqu’à 70 IRM par jour

Le personnel soignant sera réparti sur les trois étages de la polyclinique. Outre une pharmacie d’appoint, les sportifs auront accès à des consultations en médecine du sport, cardiologie, gynécologie, ophtalmologie, odontologie (spécialité médicale couvrant l’étude de l’organe dentaire) mais aussi de premiers soins. En revanche, la structure ne dispose pas de bloc opératoire. Dès lors que le problème de santé dépasse ses capacités de traitement – dans le cas d’un arrêt cardiaque ou d’une fracture ouverte – les athlètes seront transférés à l’hôpital Bichat, dans le 18e arrondissement, de Paris.

A l’arrière de la polyclinique, deux grands camions blancs abritent chacun une machine IRM. « Ce n’est pas très courant, reconnaît M. Le Van. Mais c’est la solution la plus économique qu’on ait trouvée. » Jusqu’à 70 examens de radiologie pourront être réalisés par jour. Un dispositif qui vise à alléger le système de santé francilien, d’autant plus que « l’été est une période un peu difficile. Tout le monde part en vacances, y compris les soignants », précise M. Le Van.

Le cœur de la polyclinique se situe au premier étage : c’est là que se trouve l’espace de kinésithérapie. La moitié des 700 consultations quotidiennes estimées se feront dans ce service, le plus grand de la structure.

Des espaces de récupération seront également accessibles aux athlètes, dont des bains froids. Si, à l’image des Etats-Unis ou de la France, les plus grosses délégations viendront avec leurs propres équipements, l’objectif, selon M. Le Van, est d’offrir un service au sein de la polyclinique « pour ceux qui n’ont pas les moyens ou la technologie de le faire habituellement ».

Un moment de « remise à niveau »

« L’égalité n’est pas possible puisqu’il y a des pays plus fortunés, qui ont plus de moyens, poursuit le directeur médical de Paris 2024. Ce qu’on essaye de faire ici, c’est l’équité, que les gens aient les mêmes armes que les autres. » Ancien responsable de l’encadrement médical du Comité national olympique et sportif français, le médecin était dans la commission médicale du comité international paralympique aux Jeux de Tokyo en 2021. Il a constaté que beaucoup d’athlètes de pays moins favorisés venaient y faire des bilans santé. « Parfois, on voit des prothèses d’athlètes paralympiques qui ne sont pas au niveau de celles qui sont faites dans les pays plus favorisés. Et c’est le moment où il y a une remise à niveau pour ces personnes. »

Entre 70 et 80 % des délégations olympiques bénéficie d’un encadrement médical, un chiffre qui descend entre 30 à 40 % pour les délégations paralympiques. « Ceux qui en ont le plus besoin ont peu d’encadrements », déplore M. Le Van. Pour les Jeux paralympiques, des consultations d’urologie et de dermatologie s’ajouteront au planning de la clinique.

Le Monde Ateliers

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

Les athlètes n’auront à sortir ni carte vitale ni carte de crédit, les frais étant pris en charge par le Cojop. « Paris 2024 a un budget médical autonome qui permet de financer l’intégralité de la polyclinique et des soins sur site », explique le docteur Pierre Mauger. En 2023, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale avait chiffré à 3,8 millions d’euros le coût de fonctionnement de la polyclinique.

« Ouvrir un centre de santé en partant de zéro dans un nouveau quartier, c’est un petit exploit, qu’on a réussi avec l’AP-HP et l’appui de l’Agence régionale de santé et du ministère de la santé », se félicite M. Mauger, avant de préciser les contours du dispositif général : « On ne peut pas le reproduire sur tous les sites. » Au total, près de 3 000 soignants et soignantes volontaires seront mobilisés sur les 70 sites de compétitions et d’entraînements concernés par le soutien sanitaire déployé par Paris 2024. Pour les sites olympiques situés loin de Paris et du village des athlètes, l’assistance médicale s’appuiera sur la structure sanitaire locale.

Des retraités et des étudiants parmi le personnel soignant

Si les chefs de service de la polyclinique du village olympique sont des employés de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, le reste de l’effectif médical et paramédical est issu du programme des volontaires de Paris 2024. L’équipe de bénévoles est composée majoritairement de Français mais aussi de spécialistes – radiologues, médecins du sport… – de pays de l’Union européenne, qui ont participé à de précédentes éditions des Jeux.

Quelques médecins urgentistes, assistants dentaires, manipulateurs radios et préparateurs en pharmacie manquent encore à l’appel. « Ce sont les professions en tension actuellement en France », fait remarquer Philippe Le Van, directeur médical du Comité d’organisation des Jeux de Paris 2024, en précisant que les candidatures sont encore ouvertes sur ces postes.

Parmi les 370 volontaires, qui officieront au sein de la polyclinique pendant les Jeux olympiques et les 220 durant la compétition paralympique, des médecins retraités arrêtés depuis moins de deux ans ou toujours en activité ont rejoint les rangs de l’équipe médicale. Un accord récemment conclu avec le ministère de la santé et l’ordre des médecins ouvre également la porte aux « docteurs juniors », étudiants en médecine de fin de troisième cycle.

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques :

L’Etat va « décharger » le Comité d’organisation des Jeux de « certaines missions » de sécurité lors de la cérémonie d’ouverture

L’Etat accroît d’« une dizaine de millions d’euros » son soutien à la sécurité privée pour l’aider à recruter

Dérogation, QR code : ce que contiendra le site pour pouvoir se déplacer pendant les JO de Paris

Le déploiement de la lutte antidrone pour les Jeux face aux incertitudes sur l’efficacité du système

Cyberattaques, arnaques et désinformation, les menaces en ligne qui pèsent sur les Jeux olympiques de Paris

 Les questions pratiques sur les déplacements à Paris, à pied, en métro, en voiture…

Faut-il craindre le pire dans les transports en Ile-de-France ?

Les transports pendant les JO 2024 à Paris : de l’euphorie des promesses au choc de la réalité

Première mise en route du restaurant au village des athlètes

Ces lieux de la capitale qui se mettent à l’heure olympique

Comment Paris La Défense Arena est devenue piscine olympique pour les Jeux

Deux chantiers pour les Jeux olympiques sont encore suivis de « très, très près »

Le village olympique de Paris 2024 prend ses quartiers en Seine-Saint-Denis

  • La cérémonie d’ouverture

Avec le metteur en scène Thomas Jolly, dans les coulisses du spectacle dansé lors des cérémonies des JO

Dernières répétitions techniques pour la parade nautique d’ouverture des Jeux

  • La préparation des athlètes

Plusieurs fédérations françaises traversent une zone de turbulences à un mois des Jeux

Léon Marchand, Maxime Grousset et Florent Manaudou en patrons de l’équipe de France de natation avant Paris 2024

Enzo Lefort, fleurettiste touche-à-tout

A Rome, l’athlétisme français retrouve des couleurs avant les Jeux olympiques

Le voyage intérieur de Kevin Mayer vers Paris 2024

La mue de l’heptathlète Auriana Lazraq-Khlass, médaillée d’argent aux championnats d’Europe en « explosant » ses records

Cyréna Samba-Mayela, toujours plus rapide, s’offre un sacre européen et un nouveau statut avant Paris 2024

« Les Jeux ne se gagnent plus, mais ils peuvent se perdre » : la blessure, hantise des sportifs avant Paris 2024

A la Coupe du monde d’aviron de Lucerne, la France mesure la distance qui lui reste à parcourir pour être compétitive aux Jeux

  • Le contexte international

Les Palestiniens demandent la mise à l’écart des athlètes israéliens

Des athlètes russes et biélorusses admis aux Jeux sortent du cadre de neutralité, selon les autorités ukrainiennes

« Aux Jeux olympiques de Paris, un état des lieux des rapports de force mondiaux »

Les jumelles Maryna et Vladyslava Aleksiiva, prodiges de la natation synchronisée, veulent « montrer le visage combatif de l’Ukraine »

En Russie, le mouvement sportif se déchire sur sa participation aux JO

Thomas Bach, président du CIO : « L’agressivité du gouvernement russe grandit de jour en jour, contre le Comité, contre les Jeux, contre moi »

Les achats de billets pour les Jeux paralympiques progressent doucement

La Mairie de Paris veut privilégier les « quartiers populaires » pour la cérémonie d’ouverture

La billetterie populaire de l’Etat et des collectivités locales au défi de la logistique

Le gouvernement a du mal à distribuer ses billets gratuits auprès des personnes en situation de handicap

L’Etat accorde une rallonge de 33 millions d’euros pour l’organisation des Jeux paralympiques

L’argent non dépensé pour les chantiers olympiques va retourner dans les poches des financeurs publics

Le Comité d’organisation assure avoir bouclé plus de 90 % du budget de ses recettes

Tony Estanguet confirme qu’il y a eu des hausses de rémunérations à la direction du Comité d’organisation des Jeux

En quête d’économies, les organisateurs des Jeux sollicitent l’aide de collectivités partenaires

  • Les enquêtes judiciaires en cours

Tony Estanguet, le patron des Jeux, à son tour dans le viseur de la justice

Les « quatre mousquetaires » du comité d’organisation ciblés par le PNF

  • Le relais de la flamme olympique

Malgré le succès populaire du relais de la flamme, pourquoi les Français n’adhèrent-ils toujours pas aux Jeux olympiques ?

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

La stratégie française pour faire le plein de médailles aux Jeux paralympiques

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

Les habitants s’inquiètent du risque de gentrification de Saint-Denis

La Seine-Saint-Denis lance son Olympiade culturelle

Au lycée professionnel Arthur-Rimbaud de La Courneuve, une « option JO » contre le décrochage scolaire

Le centre aquatique olympique, une piscine XXL pour la Seine-Saint-Denis

La Courneuve entre enthousiasme et inquiétude vis-à-vis de la transformation du parc Georges-Valbon

Le Red Star Rugby de Saint-Ouen privé de stade à cause des Jeux

Une île, un maire écolo et « la chance » de bénéficier des Jeux

  • Paris à l’heure des Jeux

Anne Hidalgo annonce qu’elle se baignera dans la Seine la semaine du 15 juillet

Pourquoi ravitailler la capitale va être une épreuve

Après la réquisition de leurs logements, des étudiants pas encore fixés sur leur sort

A l’approche des Jeux, les associations de lutte contre la pauvreté craignent un « nettoyage social »

Inauguration enthousiaste pour l’Adidas Arena, la nouvelle salle de la porte de la Chapelle

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

Succès populaire pour les débuts du relais de la flamme olympique

À Marseille, les politiques se disputent la lumière olympique

Les quartiers nord de Marseille, si près, si loin des Jeux

L’arrivée de la flamme olympique pour les JO de Paris 2024 « ne pouvait pas se passer ailleurs qu’à Marseille »

A J-55, la Meuse essaye de mobiliser ses habitants avant le passage de la flamme olympique

A la Martinique et à la Guadeloupe, la fièvre olympique monte à distance

  • Les enjeux environnementaux

La qualité de l’eau de la Seine n’est « pas au rendez-vous »

L’objectif climatique des Jeux ne sera pas tenu en raison des déplacements en avion, selon un rapport indépendant

Paris 2024 est-il sur la bonne voie pour tenir son engagement de « Jeux plus responsables » ?

Les risques d’un été caniculaire font craindre des Jeux olympiques suffocants

Diviser par deux l’empreinte carbone des repas servis aux Jeux : l’autre défi de Paris 2024

Comment les organisateurs des JO comptent faire face à une canicule cet été

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

Des difficultés de recrutement persistantes à moins de trois mois des Jeux olympiques

L’Etat lance un guide d’accessibilité des Jeux pour les personnes en situation de handicap

Les anti-JO peinent à mobiliser

Loin du faste des JO, la réalité des cours d’EPS dans un collège de Montreuil

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

Réutiliser ce contenu



Source link