Israël annonce la libération de quatre otages lors d’une « opération spéciale » dans la bande de Gaza

3911


Andrey Kozlov, un des otages libérés par l’armée israélienne, samedi 8 juin 2024.

L’armée israélienne a annoncé samedi 8 juin avoir libéré quatre otages lors d’une « opération spéciale » dans le centre de la bande de Gaza, un secteur visé par d’intenses bombardements depuis plusieurs jours.

Samedi matin, lors « d’une opération spéciale difficile de jour à Nousseirat, quatre otages israéliens ont été libérés », écrit l’armée israélienne dans un communiqué.

Il s’agit de Noa Argamani, 25 ans, Almog Meir Jan, 21 ans, Andrey Kozlov, 27 ans, et Shlomi Ziv, 40 ans, tous les quatre enlevés sur le site du festival de musique electro Nova le 7 octobre 2023, selon l’armée.

Les otages, selon la même source, ont été « secourus » dans deux lieux différents à Nousseirat. Dans son message, l’armée affirme que l’état de santé des otages libérés est « normal », et ajoute qu’ils ont été « transférés pour des examens médicaux supplémentaires au Centre médical Sheba, à Tel Hashomer ».

« Noa, Almog, Andrey et Shlomi, nous sommes très heureux de vous accueillir à la maison »s’est félicité, sur X, Yoav Gallant, le ministre de la défense israélien, en qualifiant l’opération ayant permis leur libération d’« héroïque »« Nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que les cent vingt otages soient rentrés chez eux », a ajouté le ministre israélien.

Lire aussi le reportage | Article réservé à nos abonnés En Israël, les familles des otages craignent que leur cause soit oubliée

Dans une déclaration télévisée, le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne, a évoqué une opération « au coeur d’un quartier de civils avec des terroristes armés », précisant qu’un soldat avait été « gravement blessé ». « Le message envoyé ce matin au Hamas est clair : nous sommes déterminés pour ramener tous les otages à la maison », a-t-il poursuivi.

Pression politique intérieure

Au neuvième mois de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, le premier ministre Benjamin Netanyahou subit une forte pression à l’étranger pour sa conduite de la guerre à Gaza, mais aussi sur le plan interne avec celle de familles des otages enlevés lors de l’attaque sans précédent menée sur le sol israélien par le Hamas le 7 octobre, qui a déclenché les hostilités.

Benny Gantz, l’ex-chef de l’armée devenu rival politique de Benjamin Netanyahou, qui devait annoncer samedi soir sa démission du cabinet de guerre du premier ministre, a annulé son intervention, selon un média israélien, peu avant la déclaration de l’armée israélienne sur la libération des otages.

Il avait lancé, le 18 mai, un ultimatum à M. Nétanyahou, exigeant l’adoption, d’ici au 8 juin, d’un « plan d’action » sur l’après-guerre dans la bande de Gaza, faute de quoi il se verrait « contraint de démissionner du gouvernement », qu’il avait rejoint après le 7 octobre. A la suite de ces propos, Benyamin Nétanyahou avait immédiatement rejeté cette proposition et accusé son rival de « chercher une excuse pour renverser le gouvernement ».

Au moins 55 Palestiniens tués à Nousseirat

Les frappes israéliennes se sont concentrées ces derniers jours sur le centre de la bande de Gaza et notamment sur Nousseirat. Selon le ministère de la santé gazaoui, au moins 55 personnes, dont des enfants, ont été tués et des dizaines d’autres ont été blessés lors des multiples opérations conduites par l’armée israélienne dans le camp de déplacés de Nousseirat samedi, alors que les gens fuyaient pour se mettre en sécurité.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Jeudi, des frappes israéliennes sur une école de l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) avait fait 37 morts selon un hôpital local.

Accusant le Hamas d’avoir utilisé à dessein cette école pour lancer des attaques, l’armée israélienne a dit avoir tué lors de cette frappe « 17 terroristes ». Le Hamas, qui a déclaré que 14 enfants avaient notamment péri, a dénoncé de « fausses informations ».

Le chef de l’Unrwa, Philippe Lazzarini a, lui, accusé Israël d’avoir frappé « sans avertissement préalable » cette école à Nousseirat qui abritait, selon lui, « 6 000 personnes déplacées » par les combats.

Avant son annonce sur les otages, l’armée israélienne a dit samedi cibler des « infrastructures terroristes » dans le secteur de Nousseirat, alors que des témoins ont fait état de tirs depuis des drones et hélicoptères contre le camp.

Un porte-parole de l’hôpital Al-Aqsa de Deir al-Balah, proche de Nousseirat, le docteur Khalil al-Dakran, a annoncé la mort de 15 personnes dans « des frappes israélienne intenses », qui ont fait, selon lui, des dizaines d’autres blessés.

D’intenses combats entre l’armée et des combattants palestiniens ont lieu dans les camps d’Al-Bureij et celui, voisin, d’al-Maghazi, d’après des témoins.

Dans un communiqué, l’armée israélienne a dit avoir frappé des « dizaines de cellules et infrastructures terroristes, dont un tunnel situé dans une structure civile » lors d’opérations à Bureij et Deir al-Balah.

Dans le nord, cinq personnes ont été tuées et sept blessées dans un bombardement aérien nocturne sur une maison du quartier de Cheikh Radwane, à Gaza-ville, ont indiqué un médecin de l’hôpital baptiste et la Défense civile de Gaza.

« Nous avons entendu le bruit d’une énorme explosion (…) Nous nous sommes rendus sur place et avons découvert des restes humains d’enfants, de femmes et de personnes âgées », a raconté à l’Agence France Presse (AFP) Mohammad Abou Nahl, un habitant de Gaza.

Dans le sud, des bombardements à l’artillerie ont touché plusieurs secteurs de la ville de Rafah, à la frontière égyptienne, selon des source locales. L’armée a indiqué y poursuivre des « opérations ciblées » et avoir découvert de « grandes quantités d’armes ».

L’attaque menée le 7 octobre par des commandos du Hamas infiltrés depuis le territoire palestinien a entraîné la mort de 1 194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles.

Lors de cette attaque, 251 personnes ont été emmenées comme otages. Après une courte trêve en novembre ayant permis la libération d’une centaine d’entre eux, 116 otages sont toujours retenus à Gaza, dont 41 sont morts, selon l’armée israélienne.

En réponse à l’attaque du 7 octobre, l’armée israélienne a lancé une offensive meurtrière dans le petit territoire côtier où le Hamas a pris le pouvoir en 2007. Au moins 36 801 Palestiniens, essentiellement des civils, ont été tués, selon des données du ministère de la santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Le conflit a dévasté une grande partie de la bande de Gaza et déraciné la plupart de ses 2,4 millions d’habitants confrontés à un risque de famine. L’aide internationale, dont l’entrée à Gaza est contrôlée par Israël, ne parvient qu’au compte-gouttes dans le territoire.

Lire aussi le récit | Article réservé à nos abonnés Dans le centre de Gaza, un abri de déplacés anéanti par une frappe israélienne

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link