Ferdinand Bernhard, ex-maire de Sanary-sur-Mer, mis en examen pour immixtion dans les activités de la municipalité

2094


Ferdinand Bernhard, le 15 juin 2021, à Aix-en-Provence.

Démis de ses fonctions après une condamnation pour détournements de fonds publics, l’ex-maire de Sanary-sur-Mer, Ferdinand Bernhard, est soupçonné d’avoir continué à s’immiscer dans la vie de la station balnéaire varoise, selon le parquet de Toulon qui a annoncé, mercredi 10 juillet, sa mise en examen.

L’ex-édile divers droite de 72 ans a été mis en « examen du chef d’immixtion dans une fonction publique et violation de la peine complémentaire d’interdiction d’exercer toutes fonctions publiques », a détaillé à la presse le procureur de la République de Toulon, Samuel Finielz.

Il a été placé sous contrôle judiciaire avec plusieurs interdictions dont celles d’entrer dans locaux de la mairie, entrer en relation avec le personnel de la mairie, ainsi que l’obligation de verser une caution, a énuméré le procureur. Contacté par l’Agence France-Presse (AFP), Ferdinand Bernhard n’était pas joignable immédiatement.

« Mascarade démocratique »

Des commerçants de cette ville de 17 000 habitants déplorent régulièrement que les élus officiels de la ville ne soient que des « élus de papier ». Un membre d’une association de commerçants, Philippe Basile, se plaignait mercredi sur Facebook d’une « mascarade démocratique que ces gens-là nous imposent ».

En octobre 2021, Ferdinand Bernhard, avait été condamné en appel à trois ans de prison dont un an ferme, accompagné d’une peine d’inéligibilité de cinq ans. Ce dentiste à la retraite avait été reconnu coupable de prise illégale d’intérêt, détournement de fonds publics et favoritisme. Il se voyait notamment reprocher la promotion éclair de sa maîtresse, au mépris du respect des règles d’emploi dans la fonction publique.

Il s’était pourvu en cassation. La plus haute juridiction avait partiellement cassé certaines des peines complémentaires infligées mais pas celle liée à l’inéligibilité. M. Bernhard, réélu sans interruption depuis 1989, avait été réélu pour un sixième mandat en juin 2020, dès le premier tour, avec plus de 68 % des voix. Daniel Alsters, 78 ans, l’a ensuite remplacé à ce poste.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link