Dans les Alpes, cinq alpinistes ou randonneurs morts en deux jours en raison d’une série de chutes

2327


Un hélicoptère de la sécurité civile lors de recherches au-dessus du massif du Mont-Blanc, dans les Alpes, le 10 août 2018.

Les secours appellent à la vigilance. En deux jours, cinq alpinistes ou randonneurs ont fait des chutes mortelles, dans les Alpes, surtout dans le massif du Mont-Blanc, a-t-on appris vendredi 28 juin auprès des secours français et italiens.

Un Tchèque, un Polonais et un Taïwanais figurent parmi les personnes mortes dans les Alpes françaises, et une victime a été recensée côté italien, selon ces sources.

Les secours alpins du Val d’Aoste ont expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) être intervenus mercredi auprès d’un alpiniste qui avait chuté sur le glacier du Miage, à environ 2 800 mètres d’altitude sur le versant sud du massif du Mont-Blanc, en Italie. « L’alerte a été donnée par ses compagnons qui l’ont vu glisser dans un ravin. L’alpiniste est mort, ses camarades sont indemnes », ont-ils précisé.

Peu avant 7 h 30 jeudi, un grimpeur originaire de Taïwan, « âgé d’une trentaine d’années », a dévissé de plusieurs centaines de mètres alors qu’il évoluait à plus de 3 000 mètres sur la face nord de l’aiguille du Midi, selon le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix.

En fin de journée, vers 18 heures, un ressortissant polonais de la même tranche d’âge a trouvé la mort dans les mêmes circonstances dans le couloir du Goûter, à 3 500 mètres d’altitude, selon la même source.

Fort enneigement

Le même jour, un randonneur tchèque est sorti d’un sentier et a glissé dans une pente herbeuse, à plus de 2 000 mètres d’altitude dans le secteur du col de la Croix-du-Bonhomme, au sud du massif du Mont-Blanc, selon le capitaine Stéphane Narbaud, commandant adjoint du PGHM de Savoie.

Vendredi, ses équipes ont retrouvé en Haute-Maurienne le corps sans vie d’un randonneur probablement tombé la veille, en glissant lui aussi sur une pente herbeuse, a-t-il ajouté.

« Nous voyons beaucoup d’accidents ces derniers jours parce qu’il y a eu un fort enneigement en altitude cet hiver et qu’il reste une quantité importante de neige à plus de 2 000 mètres », explique le capitaine.

« Ça obture une partie des sentiers. En essayant de les contourner, les gens se perdent et glissent », poursuit-il, en appelant « à faire très attention cette année ».

Le Monde Ateliers

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

La préfecture de Haute-Savoie a par ailleurs mis en garde vendredi contre des perturbations orageuses pouvant provoquer de fortes précipitations, rafales de vent et activité électrique samedi. « Il serait raisonnable de différer ses projets de sorties en montagne afin de bénéficier de conditions plus propices à la pratique de l’alpinisme et des activités de pleine nature », souligne-t-elle.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link