A Courbevoie, après le viol et l’agression antisémite d’une jeune fille de 12 ans, l’émotion, la colère et la peur

4094


Le maire Les Républicains de Courbevoie (Hauts-de-Seine), Jacques Kossowski, lors d’un rassemblement pour condamner le viol et les injures antisémites présumés d’une jeune fille de 12 ans, à Courbevoie, le 21 juin 2024.

C’est avec une « vive émotion » que le maire (LR) de Courbevoie, Jacques Kossowski, a pris la parole, vendredi matin 21 juin, sur le parvis de l’hôtel de ville. Devant une assemblée de quelques centaines de personnes réunies sous la pluie, il a dit son « envie de se révolter de toutes [nos] forces » face au drame à caractère antisémite qui a secoué cette commune des Hauts-de-Seine et « bien au-delà », le week-end dernier : une jeune fille de 12 ans de confession juive a été violée, violentée, insultée et menacée par trois mineurs de 12 et 13 ans dans le quartier Gambetta, dans des locaux désaffectés à proximité du square Henri Regnault, qui jouxte les tours de la Défense.

« Je sais que la peur règne au sein de la communauté juive, je sais que la communauté juive craint pour sa sécurité », a déclaré l’édile face à la foule silencieuse, soulignant le « courage immense » de la jeune victime qui a osé parler malgré les menaces de représailles de ses agresseurs. « Courbevoie est toujours une ville calme. Je ne pouvais pas m’imaginer que ça pouvait arriver. Ce sont des monstres qui ont fait ça. Même si ce ne sont pas des Courbevoisiens, ce sont des monstres quand même. » Deux garçons de 13 ans ont été mis en examen et écroués notamment pour viol en réunion, menaces de mort, injures et violences à caractère antisémite. Un troisième, âgé de 12 ans, placé sous le statut de témoin assisté pour le viol et mis en examen pour les autres infractions, a fait l’objet d’une mesure éducative provisoire.

« La campagne des européennes a semé le trouble, a poursuivi M. Kossowski, aux côtés du président du Consistoire central, Elie Korchia, de la porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot, et de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse. A l’aube d’une nouvelle élection, pensons aux jeunes qui nous sont confiés. »

« C’est un échec collectif »

Dans la foule de ce « rassemblement républicain » organisé en soutien à la victime, les deux candidates du Nouveau Front populaire des 3e et 6e circonscriptions des Hauts-de-Seine, la socialiste Isabelle Dahan (Bois-Colombes, Courbevoie, La Garenne-Colombes) et l’« insoumise » Sihame Muscianisi (Courbevoie, Neuilly-sur-Seine, Puteaux), étaient présentes. « Je sais que la communauté juive est en colère contre LFI [La France insoumise], commente Isabelle Dahan. Je déplore qu’on fasse une généralité à partir de comportements individuels critiquables. »

Pour la candidate, « les choses peuvent être parfois un peu compliquées sur le terrain », concède-t-elle. « Quand les citoyens me parlent de ce drame, je réponds que jamais je ne cautionnerais un programme qui ne dit pas que la lutte contre l’antisémitisme et la lutte contre le racisme ne sont pas une priorité, poursuit-elle. Une chose est sûre, que des enfants aussi jeunes puissent commettre un crime d’une telle gravité, c’est un échec collectif, la société a complètement foiré. »

Il vous reste 28.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link